info

SoixanteDixSept Experiment

Sans titre (Eva Hesse). © Marina Gadonneix

Photo exhibition: SoixanteDixSept Experiment
Venue: Centre Photographique d’Ile de France, Pontault Combault, France
Ouverture du mercredi au vendredi de 13h à 18h. Les week-ends de 14h à 18h. Exposition jusqu’au 16 juillet 2017
Entrée gratuite – Plus d’infos au 01 70 05 49 80 ou par mail à contact@cpif.net
Visit website

SoixanteDixSept Experiment

Le Centre Pompidou fête ses 40 ans en 2017 partout en France. Pour partager cette célébration avec les plus larges publics, il propose un programme inédit d’expositions, de prêts exceptionnels, de manifestations et d’événements pendant toute l’année.

Dans ce cadre, le Centre Photographique d’Ile-de-France, la Ferme du Buisson et le frac île-de-france, le château / Parc Culturel de Rentilly – Michel Chartier présentent SoixanteDixSept.

A travers un jeu de chiffre, ce projet en plusieurs chapitres convoque la date emblématique de création du Centre – cette « centrale de la décentralisation » – pour réinsuffler l’esprit d’une époque à l’échelle d’un territoire. Œuvres créées ou acquises en 1977, œuvres et relectures d’artistes nés en 1977 se déploient sur les trois centres d’art contemporain de Seine-et-Marne (77) pour faire circuler les œuvres, les publics et les idées.
A travers trois expositions, un festival de performance et une circulation des publics, le projet revient sur une vision de l’art et de la société, un moment clé porteur de ces utopies qui, aujourd’hui encore, traversent la création contemporaine. Reconsidérer ce moment 40 ans plus tard, c’est comprendre comment un musée fait histoire, à la fois en conservant et en modélisant un futur.

Commissariat : Nathalie Giraudeau, 
Co-commissariat : Audrey Illouz, Rémi Parcollet, Marcelline Delbecq, Marina Gadonneix et Aurélie Pétrel

Le projet collaboratif proposé par le CPIF tend à performer des images autant qu’à produire de nouvelles œuvres.
Jouant d’une sélection contrainte par le chiffre 77, dans les collections du MNAM (nouveaux média et film) et dans le fonds Harry Shunk de la Bibliothèque Kandinsky, commissaires et artistes dégagent un réseau de signification d’un assemblage « magique – circonstanciel » de pièces, qui témoignent de l’énergie expérimentale de la scène artistique des années soixante-dix, notamment de la part des artistes de genre féminin.
Audrey Illouz (1978), Rémi Parcollet (1977), respectivement critique et historien d’art, et les artistes Marina Gadonneix, Marcelline Delbecq (1977) et Aurélie Pétrel (1980) sont invités à réagir à ce contexte d’exposition. Ces dernières explorent la question de l’expérimentation performative en concevant des dispositifs propices à faire image, au sein desquelles elles agissent. Elles construisent ce faisant un rapport aux images et un état d’être au monde dont une part pourrait être héritée des années 70.
L’exposition SoixanteDixSept Experiment participe au Mois de la Photo du Grand Paris 2017.
www.moisdelaphotodugrandparis.com

Découvrez les deux autres volets de Soixantedixsept

Soixantedixsept – Hôtel du Pavot… au Frac Ile-de-France / Parc Culturel de Rentilly, à Bussy-Saint-Martin
Autour de Chambre 202, Hôtel du Pavot de Dorothea Tanning se déploie une installation globale intégrant nombre d’œuvres aux accents surréalistes jouant de correspondances explicites à la fois de matières et de situation avec l’œuvre de l’artiste américaine. Ce rapport à l’organique, à l’intime et à une certaine étrangeté est prolongé par d’autres œuvres, ayant toutes pour point de jonction l’année 1977. La seconde partie de l’exposition s’ouvre sur des formes expérimentales et prospectives, notamment pour cette fin des années soixante-dix, proposant un renouvellement des modes de narration aussi bien que des expériences à dimension performative. Commissariat : Xavier Franceschi

Soixantedixsept – Quand Rossellini filmait Beaubourg à La Ferme du Buisson à Noisiel
En 1977, Roberto Rossellini consacre son ultime film à l’ouverture du Centre Pompidou pour se faire le témoin de l’avènement d’une nouvelle modernité artistique, architecturale et culturelle. Ignorée pendant 40 ans, cette oeuvre est dévoilée aujourd’hui. L’extraordinaire aventure de ce tournage est révélée par les archives inédites de la fondation Genesium, de son producteur Jacques Grandclaude et un film-enquête de Marie Auvity qui documente l’histoire de sa réalisation. En écho à cet ensemble exceptionnel, les oeuvres de Brion Gysin, Gordon Matta Clark et Melvin Moti, issues de la collection du Centre Pompidou, offrent des visions subjectives sur le musée et son histoire.
Commissariat : Julie Pellegrin en collaboration avec Marie Auvity
En collaboration avec la Fondation Genesium et Le Studio l’Equipe

[Submitted by Gabrielle Ponthus]


,

You Might Also Like

No comments yet.

Leave a Reply

Powered by WordPress_ Designed by Studio Negativo