Photo exhibition

Mathieu Pernot au Jeu de Paume

BROOKLYN, NEW YORK – 2015 Yusef Hawkin’s face is gone and now this child’s face has also been totally erased from the world. I believe her name was Janelle Lynn McCleese, born in 1987 and died in 1990. How did she die? I have imagined that she was hit by a car. The mural lived much longer than she did. Perhaps brevity really is part of the beauty and function of these murals—that their eventual loss further reflects the neighborhood’s demographic changes, the passage of time, the brevity of life. I won’t ever forget Janelle’s face and her lovingly fixed hair. She lives inside all of us who passed by and took notice of her as we walked down Lewis Ave.,-- us, the lucky living, wondrously and briefly animated by life.
368Views
© Mathieu Pernot. Caravane, 2013. Série "Le Feu"
© Mathieu Pernot. Caravane, 2013. Série “Le Feu”

 Du 11 février au 18 mai 2014
Au musée du Jeu de Paume – 1, Place de Concorde – 75008 Paris
Mardi (nocturne) : 11h à 21h  – Mercredi à dimanche : 11h à 19h – Fermeture les lundis.
More info


L’exposition La Traversée présente une sélection de séries réalisées par Mathieu Pernot au cours des vingt dernières années. Elle met en espace un nouveau montage faisant dialoguer des corpus d’images et d’objets et établit une forme de traversée dans son œuvre, jusqu’à sa dernière pièce, Le Feu, produite spécialement pour l’occasion.

Que ce soit par son propre travail de prise de vue, par l’appropriation de photographies ou d’autres types de documents d’archives, Mathieu Pernot interroge ainsi la diversité des modes de représentation et la notion d’usage du médium photographique. Ce travail dialectique d’enquêtes, de recueils, de récits, d’images photographiques est caractéristique de toute l’oeuvre de Mathieu Pernot.

Mathieu Pernot, né en 1970 à Fréjus, vit et travaille à Paris ; après des études d’histoire de l’art à la faculté de Grenoble, il entre à l’École nationale de la photographie d’Arles, d’où il sort diplômé en 1996. Son œuvre s’inscrit dans la démarche de la photographie documentaire mais en détourne les protocoles afin d’explorer des formules alternatives et de construire un récit à plusieurs voix. L’artiste procède soit par la réalisation de séries – parfois en résonance entre elles à travers personnages, chronologies ou thèmes –, soit par la rencontre avec des images d’archives. Dans tous les cas, ce nomadisme d’images et de sujets souligne son souhait d’éviter un récit de l’histoire à sens unique. Le déplacement perpétuel de ses images évoque donc une réalité qui est loin d’être figée ou immuable.

Véronique
the authorVéronique
Véronique Poczobut, photo editor of PRIVATE magazine.

Leave a Reply