info

Dorothée Smith à la Galerie les filles du calvaire à Paris

Le 26 janvier 2012, soyez les bienvenu-es au vernissage de l’exposition de Dorothée Smith : “hear us marching up slowly” – photographies à la galerie les filles du calvaire à paris, de 18h à 21h.

La galerie est heureuse de présenter la première exposition personnelle de Dorothée Smith à Paris. Cette jeune artiste française est diplômée de l’Ecole de Photographie d’Arles en 2010.

Dorothée Smith n’en fait pas mystère : son approche du visible, luministe et sombre à la fois, vaut comme image de l’incertitude des rôles sexués. La question du genre, thématisée depuis plus de vingt ans par la philosophie (en premier lieu par l’Américaine Judith Butler) tient une place non négligeable dans l’élaboration intellectuelle de son œuvre.
Mais comme tous les artistes authentiques et par-delà les enjeux du gender, Dorothée Smith se livre d’abord à l’exploration d’un univers formel. Certains ont pu repérer dans ses images un écho de la peinture de la Renaissance, d’autres une veine romantique. De quoi s’agit-il ? D’une gravité propre à la peinture de portrait florentine, ou des paysages parfois crépusculaires de ses arrière-plans ? Ou bien de la ferveur ombrageuse d’un peintre allemand comme Caspar David Friedrich : un fragment de paysage de la série Löyly ne contient-il pas une sorte de réplique en miniature de tel de ses pics enneigés ? S’il fallait tenter un rapprochement qui rendrait mieux justice à la qualité presque piétiste de cette série (sensible souvent dans d’autres ensembles comme Sub Limis ou Spree), je pourrais songer, non sans risque, à l’univers du peintre danois Vilhelm Hammershøï. Chez lui, un personnage sagement immobile, debout dans un intérieur où bruit le silence, une femme nue assise ou simplement quelques losanges de lumière posés par le soleil dans une chambre, suffisent à transmettre une spiritualité sans embarras. On y retrouvera peut-être l’austérité de vitrail de quelque église luthérienne de Scandinavie. Il y a chez Dorothée Smith un tropisme « nordique », et un autre vers l’Europe centrale.(…)

Galerie les filles du calvaire
17 rue des filles du calvaire 75003 Paris
exposition du 26 janvier au 25 février 2012

Photographer(s):

,

You Might Also Like

No comments yet.

Leave a Reply

Powered by WordPress. Designed by Studio Negativo